Les cartes postales     Le motu piscine     Le voyage Genève-Raivavae    
Devenir membre

Cotisation unique de membre de l'association pour l’année courante de € 100.- / pers.

Votre voyage
Votre voyage est à définir
Effectuez une réservation
Température/Météo
zWeatherFeed - Animated Auto-scrolling Example Using jQueryTools

      RVV Tue 17 Oct 2017 15:40

Recherche

PostHeaderIcon L’idée de départ…

admin

Projet de vacances communautaires pour les séniors de la région genevoise dans l’île de Raivavae


  1. En quelques mots de quoi s’agit-il?

  2. Quelques détails sur l’offre touristique.

  3. Que faut-il entendre par vacances communautaires?

  4. Le projet en quelques chiffres.


1. En quelques mots de quoi s’agit-il?

Il s’agit de la prise en main et de l’accompagnement de personnes sorties de l’activité professionnelle (séniors) dans la région genevoise pour leur faire bénéficier de vacances communautaires (définies plus loin en point 3) permettant aux habitants de l’île de Raivavae de bénéficier d’un flux régulier de touristes assurant le remplissage d’infrastructures d’hébergement existantes ainsi que le développement d’offres touristiques (restauration, transport maritime, groupes de danse et musique traditionnelles, artisanat, etc…), tout cela en en assurant la pérennité.


2. Quelques détails sur l’offre touristique.

  • Prise en main, au coeur de Genève (gare Cornavin), d’un groupe de séniors, environ 15 à 20 personnes, par un ou deux jeunes polynésiens originaires de l’île qui vont les accompagner et les assister aussi bien à l’aller qu’au retour jusqu’à l’île.
  • Le séjour se base sur un module minimum d’un mois.
  • L’hébergement est assuré de manière tournante (sur la base d’une semaine) par les pensions locales selon les disponibilités.
  • L’ensemble de la communauté des habitants de l’île, regroupé en association chapeautée par la commune, assure la totalité des prestations touristiques (activités diverses, transport sur les motus, spectacles traditionnels, repas communautaires, four polynésien, pêche, etc…).

3. Que faut-il entendre par vacances communautaires?

L’objectif de ce projet est de permettre, d’aider et de développer une structure touristique sur l’île polynésienne de Raivavae en en assurant le remplissage et la pérennité par un afflux régulier mais non massif de touristes qui recherchent par dessus tout, la beauté, la douceur, l’authenticité et la qualité de l’accueil humain, et cela dans un environnement intact et respectueux de la nature. Cette activité doit se faire dans un cadre associatif pour profiter, à des degrés divers, à tous les habitants de l’île qui décident de s’impliquer, ainsi, l’intérêt communautaire de tous prévaut sur l’intérêt particulier, la commune en étant le garant.

Ce projet vise en particulier la fixation des nouvelles générations dans l’île en leur offrant la possibilité d’y travailler et donc d’y gagner de l’argent dans le cadre de la formation professionnelle dont elles disposent, pour développer des activités touristiques (par exemple, l’ensemble des activités liées à l’hébergement et à la restauration, les activités liées au transport, celles liées à l’accompagnement et aux activités des touristes, etc…). Tous les projets et les idées qui vont dans ce sens sont souhaités, encouragés et bienvenus.


4. Le projet en quelques chiffres.

Genève est au coeur d’une région francophone qui englobe une partie de la Suisse romande (le bassin lémanique) et une partie des départements français des Savoie et de l’Ain limitrophes. Cette région possède un niveau de vie élevé et une grande communauté de personnes sorties de l’activité professionnelle et disposant de revenus suffisants leur permettant d’envisager un tel séjour touristique (il s’agit de gens aisés mais non fortunés qui recherchent avant tout, la douceur et l’authenticité, tant dans la nature que chez les habitants).

On peut estimer que le bassin de population de Genève comprend un nombre très important de séniors et qu’une bonne partie de ces derniers possèdent les moyens suffisants pour envisager un tel séjour, on arrive ainsi à une potentialité évaluée de 5000 à 6000 personnes alors que le projet espère 15 à 20 personnes mensuellement dans l’île soit 180 à 240 personnes par année, donc une ressource très largement suffisante pour imaginer la réplication de cette idée dans d’autres îles de l’archipel des Australes, ou même dans d’autres iles de Polynésie française.


Pierre Bucheli & Jean-Luc Baron

Une réponse à to “L’idée de départ…”

  • z'graggen dit :

    Bonjour
    Magnifique reportage dans Animan. votre projet est plein d’enthousiasme je vous encourage et espère un jour pouvoir m’y rendre…. pour partager ces paysages fabuleux. Suzanne Z’graggen

Laisser un commentaire

Catégories