Raivavae

Raivavae vu par www.coeurpolynesie.com - 01

Un patrimoine sacré

Comme pour Tubuai, le gouvernement de l’île fut confié en 1819, au roi Pomare II dont la simple présence quelque part suffisait à ramener la paix entre les tribus. Mais ici comme ailleurs, l’évangélisation de 1820 à 1823, vit s’effondrer le nombre d’habitants qui passèrent de 1200 à 100 personnes en 1834.

Raivavae vu par www.coeurpolynesie.com - 02Raivavae vu par www.coeurpolynesie.com - 03Cette même année, d’autres « êtres » pacifiques veillaient sur l’île: Les tupunas, statues mi dieux, mi hommes; « sortes de Moaï protecteurs » disaient les navigateurs de passage.

Les tikis de basaltes rouges, sensés représenter les tupuna, ont aujourd’hui disparu de l’île et furent transportés aux deux musées Gauguin et de Tahiti et des îles, en dépit des tabu qui effrayaient les autochtones. Et pour cause! Suite au déplacement de deux d’entre eux (2m17 et 2m72), on assista à la mort de chacun des instigateurs de cet acte, dans les deux années qui suivirent.

La sculpture de Raivavae trouva son apogée dans de nombreux objets en bois de tamanu qui rythmaient le quotidien. Les pirogues, classées aujourd’hui objets du patrimoine ont été préservées. Utilisées pour la pêche, elles étaient constituées de plusieurs pièces réunies à l’aide de bourre de coco tréssée (aha). La gomme d’uru servait à boucher les trous.

Les paguaies étaient joliement décorées de reliefs en forme de soleil, chevrons, ou dessins géométriques. Les tambours des musiciens reposaient sur des pieds sculptés. Afin de protéger tous ces trésors locaux, une coopérative fut créé, à l’initiative de Landouar (gendarme de l’époque), qui y apporta même les fonds nécéssaires pour la gérer en personne.

Raivavae vu par www.coeurpolynesie.com - 04

Cinéma naturel

Seulement 18 km² sur le tropique du capricorne, et déjà 4 noms à son actif: Vivitu, laivavae, Ravahere, et enfin Raivavae, entourée d’un collier de 28 motu à l’est et au sud du récif de corail. Deux passes au nord et au sud permettent le passage des cargos et goelettes, une troisième pour les pirogues.

Raivavae vu par www.coeurpolynesie.com - 05

L’île pourrait faire penser à une salle de cinéma munie de quatre projecteurs: Les monts Hiro (437m), Araua (387m), Mouatapu (272m) et Turvao (203m) diffusant les superbes images bleues turquoise d’un lagon de 19m de profondeur, du sable blanc immaculé des plages, ponctué des oréoles vertes du santal parfumé encore présents sur les motus. Ces arbres ont pour la plupart étés déracinés pour accomplir leur mission dans les parfumeries, mais certains ont été sauvés pour le plaisir des sens. Quatre rivières généreuses en chevrêtes et anguilles de belle taille se jettent dans la mer.

Raivavae vu par www.coeurpolynesie.com - 06

Zoom sur les villages de Mahanatoa, Anatonu, Vaiuru et le chef lieu: Rairua, qui comprend, outre les temples indispensables aux fidèles; un petit port, plusieurs magasins et l’essentiel des services publics (mairie, poste, dispensaire et la gendarmerie).

Raivavae vu par www.coeurpolynesie.com - 07

Si vous vous arretez à la boulangerie, prenez un livre avec vous… pour attendre le boulanger étant surement partie faire sa tournée! Les Raivavae sont patients. Dans son livre, Jean Guillin évoque la question. la réponse donnée est « Attendre donne la sensation de faire quelque chose, il y a tellement de moments ou l’on attend rien ». A méditer!

Raivavae vu par www.coeurpolynesie.com - 08Il est vrai que même le poisson, tellement nombreux dans les eaux polynésiennes, ne laisse pas attendre bien longtemps).

D’ailleurs, le pêcheur Raivavae pêche généralement uniquement la quantité nécéssaire à la famille avant de rentrer au port. La pêche étant plus une activité familiale ou communautaire qu’une denrée d’exportation.

Raivavae vu par www.coeurpolynesie.com - 09

Les femmes se réunissent sur la plage, même sous la pluie pour ramasser des pupu (petits coquillages blancs) dont elles font ensemble de magnifiques colliers en discutant joyeusement. Mahanatoa possède son école et Anatonu son terrain de football. Plages, rochers et d’impressionnantes falaises bordent le paysage.

Raivavae vu par www.coeurpolynesie.com - 10

Pour visiter l’île, les services de la mairie seront ravis de mettre tout en oeuvre pour agrémenter votre séjour qu’il s’agisse d’un truck pour une visite de groupe, d’un guide de montagne pour une ballade sur le mont Hiro ou encore un piroguier pour vous rendre sur les motu ou sur la presqu’île de Vaiamanu. On dit que cette partie du lagon vaudrait celui de Bora. Peu fréquentée, ses plages parfaites, son récif riche en langoustes, poissons et bénitiers en fait un lieu privilégié. On trouve encore quelques fôrets de santal sur les motu. Ce bois si précieux au parfum envoûtant ajoute encore à ce décors de rêve.

Raivavae vu par www.coeurpolynesie.com - 11

Raivavae vu par www.coeurpolynesie.com - 12

L’aéroport, que les habitants des motus ont refusé, a finalement trouvé sa place sur le platier de Rairua sud à proximité de l’un des 23 marae et terrasses d’habitation que compte Raivavae.

Depuis le mont Hiro, deux sentiers mênent aux deux marae principaux.

Le marae de Pomuavo a gardé une grande dalle de deux mètres sur laquelle s’appuyait l’officiant lors des cérémonies.

Ils sont généralement construit sur de grandes dalles pavées qui pour certains, relient le marae à la mer.

Sauver l’agriculture

Raivavae vu par www.coeurpolynesie.com - 13Comme pour la pêche, l’agriculture est plutôt familiale ou collective, le système de l’indivision des terres étant toujours en vigueur, particulièrement sur les motu. Mais les raivavae rencontrent un soucis mageur dans les cocoteraies avec le « rhino du cocotier » (sorte de gros scarabée dévorant le coeur de l’arbre).

Le café et le taro tentent de survivre. Par contre, le safran pousse naturellement pour être ensuite utilisé comme cosmétique, colorant ou antiseptique.

On trouve encore des fôrets de santal sur les motus, mais ceux ci, bien que protégés, étaient très exploités dans la parfumerie et la sculpture. Aussi cet arbre précieux est devenu rare. Alors je vous encourage à lire ce document qui vous dira tout sur le santal polynésien et comment le sauvegarder.

Les aitos sont nombreux en bord de mer, et plus haut, les bananiers et citronniers. Le ra’au popoa de couleur rouge est très apprécié dans la construction des pirogues.

Et pour égayer tout cela, de belles frégates (reconnaissables à leur poche rouge sous la gorge: mâle), des fous à pattes rouges ou des aigrettes sillonnent les rivières ou les récifs à la recherche de nourriture.

Raivavae vu par www.coeurpolynesie.com - 14

Le climat est doux toute l’année avec des maximales de 27° dans la journée et des minimales de 17° la nuit mais la saison des pluie est parfois abondante.

Petite ruse mystique…

Raivavae vu par www.coeurpolynesie.com - 15A Raivavae, le dimanche, on restait dans la passé sans électricité jusqu’à 17h. Allons bon! me direz vous… économie? pas seulement! La religion qui tient une grande place dans la vie des autochtones en était la cause… afin d’inciter chacun à se rendre aux offices dans l’un des temples. Même chose pour la télévision… à moins d’avoir un groupe électrogène. Le conseil des diacres (religieux) secondent la municipalité et donne son avis pour toutes les décisions importantes. Les enfants se retrouvent pour l’école du dimanche (équivalent du catéchisme). Les femmes et les mamas rivalisent de beauté dans leurs belles robes et sont toujours coiffées d’un chapeaux tressé. Des rencontres inter-îles s’organisent pour rassembler et sensibiliser la jeunesse.

Il n’y a pas d’hôtel sur Raivavae, mais la convivialité des pensions de famille compense largement ce manque.

Raivavae vu par www.coeurpolynesie.com - 16

Coeur Polynésie