Raivavae, L’authentique joyau

Raivavae, L’authentique joyau


  • Raivavae
  • Le tour de l’île…
  • Coup d’œil sur Raivavae

Un joyau préservé et méconnu, telle est Raivavae. A plus de 700 kilomètres de Tahiti, cette île de l’archipel des Australes est un authentique havre de paix, délicatement enchâssé dans un lagon de toute beauté. Découverte de Raivavae au fil des plages, des sentiers et des rencontres avec ses habitants.


Raivavae

Raivavae brille par son authenticité et son rythme de vie si caractéristique des petites îles polynésiennes. Le voyageur trouve ici un havre de paix et se laissera séduire par l’accueil des habitants des charmants petits villages. Parmi eux, celui d’Anatonu. Planté au pied de l’imposant Mont Hiro, il étale ses petites maisons autour du temple protestant joliment coloré. Côté mer, une longue plage de sable blanc aux eaux turquoises, côté montagne, une végétation verdoyante et lumineuse. Le tout traversé par un petit chemin en soupe de corail, sur lequel quelques promeneurs, travailleurs et vélos se croisent. La mairie, une maison de réunion transformée en salle de ping-pong, ainsi que le stade de foot sont des lieux de vie importants pour les habitants d’Anatonu, surtout en fin d’après-midi. Tous se retrouvent alors, pendant que les anciens se reposent à l’ombre des maisons, les enfants échangent leurs vélos et rient avec les plus petits. Le mercredi est un jour attendu. Le soir venu, une courte messe se tient au temple. L’occasion pour tous de couper la semaine. On vient écouter les paroles réconfortantes du pasteur, chanter et communier ensemble. Les femmes, ponctuelles, sont aux premiers rangs. A l’intérieur du temple, on ne distingue plus qu’un alignement de chapeaux tressés, tous plus gracieux les uns que les autres. Les hommes, comme toujours paraît-il, attendront le dernier moment pour rentrer. Ils sont trop occupés, dit-on, à se raconter les dernières nouvelles, dehors, sur les bancs installés à cet effet en bordure de lagon. Comme chaque île polynésienne, Raivavae offre des lieux hors du temps où le voyageur aura, mieux que partout ailleurs, la sensation d’être au bout du monde. Pour prendre sa part de lagon et de rêve, l’excursion au «motu piscine» est incontournable. Un dôme de sable blanc, planté de quelques minuscules arbustes, cerné par un lagon aux couleurs turquoises… On marche sur plusieurs dizaines de mètres dans le lagon tiède et peu profond. Pour les plus aventuriers, une petite randonnée jusqu’au sommet du mont Hiro permet d’admirer l’île « d’en haut ». Accompagné d’un guide, il faut moins de deux heures pour arriver au sommet, à 438 mètres. Le début de l’ascension se fait sur des chemins escarpés. Le reste de la randonné se poursuit au gré des sentiers et des pentes douces des crêtes. Au sommet, on bénéficie d’un panorama à 360°, une vue hors du commun sur le lagon prolongé par l’océan Pacifique, à perte de vue.

Raivavae, L'authentique joyau

Raivavae, L’authentique joyau

Le tour de l’île…

Pour tous, le vélo est le moyen le plus agréable de faire le tour de l’île. On empreinte la route de ceinture, relativement plate. Les très rares voitures ne perturbent pas la promenade. En bas d’une petite côte on pousse le vélo, le temps de monter quelques mètres, l’occasion d’admirer le paysage. La végétation alterne champs de taro, caféiers, manguiers, bananiers, haies d’hibiscus et même… rosiers. En commençant la visite par le village de Rairua, on peut demander à voir Punua, qui habite tout près de l’aérodrome. Sculpteur, il fait de belles petites pirogues en bois, des casses têtes, ainsi que des umete, grands plats dans lesquels on dispose des mets appétissants ou simplement quelques fleurs odorantes. Ses pirogues sont des modèles réduits de vraies pirogues : en cinq morceaux, cousus entre eux avec de la fibre de coco, le balancier à droite. Les motifs gravés sur chacune de ses œuvres sont aussi typiques de Raivavae.

Raivavae, L'authentique joyau

Raivavae, L’authentique joyau

Toujours près de l’aérodrome, au bout du chemin qui lui fait face, se trouve le marae Pomaovao, vestige des rites religieux anciens. La première visite d’un marae est toujours dépaysante et surprenante. Une allée pavée de pierres, d’époque, vous y emmène. Il est l’un des seuls marae de l’île à être entretenu régulièrement. Une grande pierre se dresse à l’entrée du site. On dit qu’elle servait à mesurer les guerriers. Mais aujourd’hui, les uns pensent que cette pierre servait à déterminer la taille « idéale » pour prétendre devenir guerrier, alors que les autres affirment que si justement l’homme avait la taille idéale, le roi le décapitait, de peur d’avoir un rival « de taille ». Chacun raconte son histoire, sa version des faits…
Plus loin sur la petite route, en direction de Mahanatoa, sur la terrasse d’une petite maison, on aperçoit chapeaux et paniers tressés. Nous sommes chez Eloise, qui a créé l’association d’artisanat Araoo. Elle a choisi de pratiquer l’artisanat il y a plus de dix ans. Elle se confie aux passants : « Ici à Raivavae, l’artisanat est quelque chose d’important et surtout d’utile. Cela sert notre vie de tous les jours. Les habitants ont toujours besoin de chapeaux, de sacs, de paniers… Il est inutile d’avoir des objets importés, puisque nous sommes capables d’en créer avec les ressources naturelles et notre savoir-faire. Et puis, les touristes de passage apprécient de ramener de l’artisanat. Alors pas question de perdre cette tradition. J’ai créé cette association dans le but de la transmettre aux jeunes.»

Raivavae, L'authentique joyau

Raivavae, L’authentique joyau

En continuant son chemin à vélo, on pourra admirer l’unique tiki qui reste sur l’île. Cette statue traditionnelle, personnage fait de pierre représente des symboles de féminité. Situé dans une propriété privée il suffit de s’adresser aux habitants pour admirer ses charmes. Fiers de leur unique tiki, les habitants l’ont joliment surnommée « la princesse ».
En fin de parcours, la route retrouve enfin la magnifique silhouette du petit village d’Anatonu. Il suffit de tourner la tête pour admirer les étendues de plages de sable blanc, bordées par les petites maisons fleuries. Sous les avancées de toit, chacun fait sécher des feuilles de pandanus, plante de prédilection pour confectionner les objets tressés.
A la boutique Angélique, vous trouverez les tifaifai d’Eléonore. Utilisés comme couvre lit ou pour envelopper les nouveaux nés, les tifafai, toujours fait de toile de coton, sont incontournables en Polynésie. Ceux d’Angélique représentent des motifs originaux. Au fil de son ouvrage, qui réclame près d’un mois de travail, elle marie les couleurs et les formes pour obtenir enfin de magnifiques pièces.
Pour compléter la boucle, il vous restera à parcourir l’autre coté de l’île jusqu’au tout petit village de Vaiuru. Une ballade dans les terres, plus sauvage, au milieu de la végétation exubérante s’impose. A pied ou à vélo, le chemin s’étire entre champs de taro et vues imprenables sur le lagon.

Raivavae, L'authentique joyau

Raivavae, L’authentique joyau

Coup d’œil sur Raivavae

Situé à plus de 600 km au sud de Tahiti, l’archipel des Australes rassemble tous les attraits des îles polynésiennes : une végétation luxuriante, des collines et des sommets, des rivages agréables, et le tout ceinturé de lagons parsemés de charmants motus.
C’est parmi les cinq îles principales que compte cet archipel que se cache un des joyaux du Pacifique Sud : Raivavave. Ne dit-on pas que c’est même la plus belle îles parmi toute celle du Pacifique… D’une superficie de 22 km2 seulement, elle est dominée en son centre par une puissante ligne de crête culminant avec le mont Hiro et ses 438 mètres. De là, on bénéficiera d’une spectaculaire vue sur l’étroite barrière de corail ceinturant l’île et d’où émergent 28 motus.
Raivavave comporte quatre petits villages regroupant environ 1 200 habitants. Sur la côte ouest on trouvera Anatonu, Mahanatoa et Rairua, le chef lieu de l’île, plus à l’écart, à l’est, Vaiuru.
Raivavae siginifie « ciel ouvert ». Elle fût ainsi baptisée par le roi Pomare IV. Comme il faisait route vers l’archipel des Australes sous un temps mauvais, le ciel s’ouvrit brusquement au dessus d’une île. Il venait d’atteindre Raivavae !
L’île bénéficie du climat vivifiant de l’archipel des Australes, légèrement plus frais et tempéré que le reste de la Polynésie française.
La population vit au rythme de la culture du taro, de la pêche des poissons mais aussi des coquillages notamment des bénitiers qui abondent sur les récifs, et dans une moindre mesure de l’artisanat. Un vrai havre de paix et une véritable révélation pour le visiteur qui veut se donner la peine de sortir des sentiers battus pour partir à la rencontre de cette Polynésie authentique et magnifique.

Raivavae, L'authentique joyau

Raivavae, L’authentique joyau

Air Tahiti